LA CUISINE DU POETE

LA CUISINE DU POETE
12 avril 2016 Elisabeth Lafont
Dans Blog

Dans la cuisine nocturne, sous le néon cru et bourdonnant,tu ne verras rien d’autre qu’une femme à l’écriture. Elle a repoussé une assiette, trois verres, les reliefs d’un repas et rafraîchi à la place.

Au dehors, il se peut que le vent tournoie et terrifie, que des paquets de pluie se plaquent au béton aveuglé ; sans doute la neige mûrit-elle sous le froid, les étoiles deviennent-elles piquantes ; à moins que l’immonde ténèbre n’enserre  l’univers dans sa poigne acérée.

Elle penche la tête comme ceux qui souffrent  ou réfléchissent mais, sous le crayon courant  entre les lignes, tu pourrais, tapi derrière elle, surprendre l’écume des vagues, quelques visage caressé, un arbre que l’été foudroie, le récit de ta propre peur. Avec ses mots agiles, elle saisit la vie à la gorge pour lui faire rendre âme et images, la sorcière.

Ce n’est qu’une femme occupée à tailler une large tranche de poésie dans le pain tout chaud des jours.

Extrait de : Singulières et plurielles – Colette Nys-Mazure -Copyrigt

Commentaires (2)

  1. Superbe, j’aime beaucoup

    • Auteur
      Elisabeth Lafont 3 mois

      Un peu tard,je te réponds… Sylvie !Je ne me suis pas du tout occupée de mon site l’année dernière (pépins de santé à répétition…) mais je le reprends en main maintenant… Merci bcp de ton passage 😉

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*